Colloque sur la gestion des données de recherche en sciences humaines

La saine gestion des données de recherche (GDR) devient un élément incontournable du cycle de la découverte, tel que reconnu par un nombre grandissant d'organisations, de leaders d'opinion et d'instances gouvernementales. Au Canada, les trois grands conseils fédéraux de financement de la recherche (IRSC, CRSNG et CRSH) ont récemment publié une politique qui imposera de nouvelles obligations aux chercheurs quant à la gestion des données de recherche. Selon un sondage réalisé récemment à l'Université Laval, les chercheurs se considèrent mal outillés pour se conformer à cette nouvelle politique et au changement de culture qu'elle entraînera, tout en se montrant très intéressés à améliorer leurs méthodes de travail. Dans ce contexte, l'Université Laval organise un colloque sur la saine gestion des données de recherche ciblant en particulier la communauté de recherche en sciences humaines, où des défis spécifiques se posent, notamment en ce qui a trait aux données qualitatives. 

Inscriptions

Inscription via la plateforme Zoom ici

Programme du 7 juin 2021

9h - Mot de bienvenue

Mot de bienvenue par le Vice-rectorat à la recherche, à la création et à l'innovation de l'Université Laval.

9h15 - Matthew Lucas (CRSH) - La politique des trois organismes subventionnaires sur la gestion des données de la recherche

La nouvelle politique des trois organismes sur la gestion des données de recherche et la vision du CRSH en gestion des données de recherche.

 

9h45 - Jeff Moon (NOIRN) - Mise à jour sur l'environnement de la recherche au Canada

Mise à jour sur les derniers développements en matière de gestion des données de recherche au Canada.

10h20 - Pause

Pause

10h30 - Emilie Grantham (Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador) - Les principes de PCAP®

Créés en 1998, les principes de PCAP® sont une réponse politique à une tendance coloniale tenace en matière de recherche et de gestion de l’information. C’est une expression d’autodétermination des Premières Nations dans le domaine de la recherche. Les principes de PCAP® évoquent le droit des Premières Nations à la propriété collective, au contrôle, à l’accès et à la possession de leurs données. Au Québec, les Premières Nations se sont également dotées du Protocole de recherche des Premières Nations au Québec et au Labrador (APNQL, 2014) qui est un instrument collectif appuyant la décolonisation de la recherche.

11h15 - Sonya Morales (Université Laval) - La propriété des données

La question relative à la propriété des données reçoit une réponse variable en fonction de leur qualification (bien commun ou bien public) et de leur typologie (données personnelles, données primaires, dérivées ou compilées). Corrélativement, la protection des données s'avère tout aussi incertaine. Alors que la protection légale, notamment au Québec, place le respect de la vie privée au centre du débat, la protection contractuelle se limite à la notion de confidentialité des données échangées. Face au vide juridique canadien sur la propriété des données, des régimes sui generis émergent des différentes plateformes Web afin de gérer les données tout au long de leur cycle de vie. Cette présentation met en balance l'importance de l'accès et du partage des données de la recherche pour l'intérêt légitime de la science et le principe plus restrictif de la propriété des données.

12h00 - Philippe Després (Université Laval) - Les principes FAIR

Les données sont au coeur de la recherche scientifique et des sommes importantes sont dédiées à leur production. Jusqu’à tout récemment, peu d’intérêt a été porté sur ce qu’il advient des données une fois un projet terminé; ainsi, des quantités colossales de données sont gaspillées chaque année.

Le gouvernement fédéral, à l’instar d’autres organisations et juridictions à travers le monde, s’est doté d’une nouvelle politique sur la gestion des données de recherche qui impose de nouvelles obligations aux chercheurs et à leurs institutions en ce qui a trait à la gestion et l’intendance des données. Ces obligations seront revues, ainsi que les façons de les mettre en pratique.

À cet effet, les principes FAIR (FindableAccessibleInteroperableReusable) seront présentés.

Programme du 8 juin 2021

9h - Lyne Da Sylva (Université de Montréal) - Le rôle des acteurs institutionnels dans la gestion des données de recherche

Les données sont présentes dans l'environnement informationnel actuel sous différentes formes : données confidentielles commerciales ou gouvernementales, mégadonnées, données ouvertes des gouvernements, données ouvertes liées (Linked Open Data) du Web sémantique. Comment les professionnels de devraient-ils se préparer pour traiter ces divers types de données ? Nous proposons que cette préparation repose l'information sur trois éléments : une connaissance éclairée des différents types de données en jeu, une initiation aux ressources nécessaires pour traiter chaque type et une compréhension de l'impact qu'aura chacun sur la discipline des sciences de l'information et sur la pratique des professionnels de l'information.

9h40 - Éric Trépanier (Synapse C) - Comment le milieu culturel s’approprie les données

Le milieu culturel est composé de multiples disciplines avec des organismes de tailles et de portées différentes.   À travers cette diversité, la plupart des organismes ont un but commun ; mieux s’approprier les données pour connaître leurs publics.  Puisque cet enjeu nécessite une manipulation des données dans des contextes multidisciplinaires et à des degrés de maturité numérique très variables, comment accompagner les organismes dans la valorisation et l’enrichissement des données.  Dans cette conférence, je vais aborder les travaux entrepris avec les organismes et commenter les obstacles que l’équipe de Synapse C rencontre dans la manipulation des données.

10h20 - Jean-François Gauvin (Bibliothèque et Archives nationales du Québec) - L’utilisation d’un thésaurus commun pour assurer l’interopérabilité des données des contenus à BAnQ

Bibliothèque et Archives nationales a entrepris une refonte majeure de son site Web au cours des derniers mois. Les travaux sur la stratégie de contenu ont fait émerger le besoin de se doter d’un socle descriptif commun entre les contenus existants de ses collections (bibliographiques et archivistiques) et les contenus Web (guides, articles, activités, blogues et réseaux sociaux, etc.). Déjà en usage depuis un grand nombre d’années à BAnQ, le Répertoire des vedettes-matière de l’Université Laval (RVM version FAST) a été retenu pour sa capacité potentielle à unifier ces contenus pour la recherche et la découvrabilité. Cette présentation fera un bref survol de ce thésaurus et exposera les avantages qu’il présente pour le rayonnement de la culture québécoise.

10h35 - Pause

Pause

10h45 - Martine Cardin (Université Laval) - Pratiques archivistiques en GDR

Cette communication se penchera sur les pratiques archivistiques nécessaires au maintien de l'authenticité et de l'intelligibilité des données de recherche. Nous analyserons d'abord la nature des données produites par la recherche en science humaine et sociale. Nous analyserons ensuite les similarités et les divergences entre ces données et celles issues des domaines artistiques, scientifiques et administratifs. Enfin, à partir d'une approche collaborative, nous traiterons des informations sur les données, les activités productrices et les pratiques de curation, qu'il faut impérativement consigner et préserver pour assurer une exploitation continue et fiable des données de recherche.

11h30 - Marina Gallet et Konstantinos Lambrou-Latreille (Cinémathèque québécoise) - Le Web sémantique dans le domaine culturel

La Cinémathèque québécoise conserve depuis plus de cinquante ans une importante collection d’archives, portant sur le cinéma canadien et le cinéma d’animation, qu’elle documente à travers la création de données filmographiques et d’informations sur des organismes et artistes. Constatant un écart important entre la quantité de ressources cinématographiques canadiennes accessibles sur le Web de données et les informations qu’elle conserve en interne, la Cinémathèque a choisi de s’engager dans une démarche d’ouverture et d’interconnexion de ses données dans les formats du Web sémantique, de manière à ce que citoyens et institutions culturelles puissent les réutiliser. Afin d’initier concrètement ce projet et d’acquérir progressivement les compétences en matière de Web sémantique, la Cinémathèque québécoise a commencé par travailler avec la base de données libre Wikidata et la communauté Wikimédienne. À travers cette présentation, nous expliquerons pourquoi nous avons fait ce choix, comment nous procédons – avec la collaboration des citoyens, et enfin quels en sont les enjeux et intérêts pour une institution culturelle telle que la Cinémathèque québécoise. Cette expérience constitue une première phase vers la sémantisation et la circulation d’informations structurées depuis et vers le système d’information interne de la Cinémathèque. Celle-ci vient de recevoir pour cette initiative l’appui du Fonds stratégie numérique du Conseil des Arts du Canada.

12h15 - Mot de clôture

Clôture du colloque par les organisateurs.

Cette activités est rendue possible grâce à une subvention Connexion du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) visant le renforcement de la capacité de gestion des données de recherche.

CRSH

Colloque sur la gestion des données de recherche en sciences humaines
Date
Heure
9h à 12h30
Lieu
en ligne